le Chateau de Cantet

 

Le château de Cantet, à l'extrémité sud de la Seigneurie de Samazan, sur une petite butte surplombant la route, a certainement eut pour vocation première, un rôle de "péage de terre",
Son nom est caractéristique des « péages » ( Cantecor, Cantis, ..)* et il devait servir de « frontière entre les Seigneuries de Bouglon et Samazan
La Seigneurie de Samazan ne donnant pas sur la Garonne, et l’Avance n’étant qu’un petit ruisseau, il ne pouvait être que péage de terre .

* Cantet mot gascon
Cant : racine pré-latine ayant le sens de ‘angle, coin » d’ou le sens de péage
par dérivé, cantera en gascon signifie bordure
Le toponyme Cantet désigne aussi un élément de relief, un petit mont ce qui correspondrait aussi à la légère butte sur laquelle est située la maison de Cantet


Le Château de Cantet n’était au départ qu’une Maison Noble
… elle subit des agrandissements successifs aux 18 et 19ème siècles
Les bâtiments les plus anciens remontent au 17ème siècle

Les premiers propriétaires connus en furent les De Comarque
Par le jeu des alliances il passa ensuite aux Pardiac
(dits Pardiac de Cantet) puis aux de Lanson de Lostière

Les dépouillements des Minutes Notariales réservent parfois de belles surprises et c'est ainsi que j'ai trouvé



Maistre Fulchic, notaire à Montpouillan (1715)


Armoiries de Lanson

Aujourd’hui après midi, vingt neuvième du mois de mars 1715, dans la juridiction de Samazan, en Albret, Maison des Hoirs Noble François de Comarque, appelée à Cantet
Par devant moi, Notaire Royal soussigné, présents les témoins bas nommés

Ont été présentes et personnellement constituées
Demoiselle Marie de Comarque, épouse de Sieur Jean Jacques de Rayne et de lui dûment autorisée pour l’effet des présentes et ledit Sieur de Rayne, ici présent et consentant ,
D’une part

Et Demoiselle Henriette de Comarque, épouse de Sieur Jean Jacques Pardiac et de lui dûment autorisée pour l’effet des présentes, aussi ici présent et consentant
D’autre part

Par lesquelles Demoiselles de Comarque a été dit que, désirant venir à division et partage entre elles, du consentement et approbation des dits Sieurs de Rayne et Pardiac, leurs maris, de l’hérédité a elles délaissée par feu Noble François de Comarque et Demoiselle Marguerite Forcade, leurs père et mère
Et pour cet effet a été fait deux lots par ladite Demoiselle Marie Comarque assistée dudit sieur Rayne son époux et qualifiés premier et second, qu’elle a remis à ladite Demoiselle Henriette Comarque, épouse dudit sieur Pardiac pour choisir et opter quel des deux lots elle voudra
Et après les avoir gardés 5 jours et mûrement examinés avec l’assistance dudit sieur Pardiac son dit mari, ladite demoiselle Henriette Comarque a opté et choisi le premier lot et suivant icelui, lui est échu :

1. la maison principale où lesdits feus Sieur et Demoiselle père et mère faisaient leur résidence avec le pigeonnier et grange servant de métairie appelée la Métairie du Haut avec les ayriaux* , jardin, pré et terre labourable, le tout en une pièce
Qui confronte ladite pièce ; du levant au grand chemin qui tend de Marmande à Casteljaloux, midi audit chemin et au ruisseau de Cessac et à terre de Sieur Pierre Pomiers, couchant audit Sieur Pomiers et à Maistre Gabriel Rogier, du nord au grand chemin qui tend de Caumont à Cocumont,
de la contenance de 8 journaux et demi et ladite pièce par entier sans aucune réservation

Et prendra le présent lot tous le bétail, en quoi qu’il puisse consister, qui est de la dépendance de ladite métairie avec les charrettes, araires, pressoir et cuverets vinaires* , avec la rese* que ledit métayer fait avec toute les semences fournies par le Maître dans ladite métairie et avec toute la récolte qui doit revenir au Maître qui la recueillira dans tous les biens dépendants de la présente métairie
Le tout sans aucune exception ni réserve

2. Plus lui est échue une pièce de terre labourable et pastengs* qui est au devant ladite maison, chemin entre deux appelé le Grand Camp dans laquelle pièce il y a un pigeonnier bâti sur quatre piliers et toute ladite pièce (elle prendra) sans aucune exception ni réserve ; laquelle pièce est de présent en garni
Qui confronte ladite pièce, du levant et midi au ruisseau de Cessac, ledit ruisseau faisant partie, du levant, de la séparation d’entre la présente pièce et la pièce appelée de Sauboua ; le reste du levant et tout le midi dudit ruisseau sépare la présente pièce et la pièce de la métairie appelée de Grimaut qui appartient au second lot attribué à ladite Demoiselle Marie Comarque, qui confronte ladite pièce, du couchant au grand chemin qui tend de Marmande à Casteljaloux et du nord au grand chemin tendant de Caumont à Cocumont
et prendra toute icelle , « aye qu’il aye »* , sans aucune exception ni réserve

3. Plus lui est échue et qui est aussi de la dépendance de la métairie de Haut qui appartient au présent lot, toute icelle pièce de terre labourable semée de présent en blé, froment et mesture* , appelée à Sauboua, séparée des terres de la métairie appelée de Grimaut par un fossé qui restera mitoyen entre la présente pièce et la pièce de la métairie de Grimaut et tout ainsi que les métayers de la présente métairie ont accoutumé de la joindre et posséder

Ensemble prendra au bout du levant de la présente pièce, un lopin de pré dont le Maître avait accoutumé de prendre le foin, qui est de la contenance de 18 lattes et ½ , appelé au pré de Bayres ; lequel lopin de pré est séparé et distingué du levant, des prés qui dépendent de la métairie de Grimaut par un vestige de fossé qui restera dans la présente pièce
Toute icelle pièce, tant terre labourable que lopin de pré, confronte du levant à pré de Monsieur Rogier, aux hoirs Isaac Bordes et au pré de l’autre lot de la dépendance de la Métairie de Grimaut appelé le Pré de Bayres ; midi au pré de Jacques Viremontes, jurat et à pré de Pierre Farbos,aussi jurat et à la pièce de terre labourable de la métairie de Grimaut qui reste pour ladite demoiselle Marie Comarque, fossé mitoyen entre lesdites pièces
Confronte du couchant au ruisseau de Cessac qui est entre la présente pièce et autre pièce ci-dessus confrontée, échue aussi à ladite Demoiselle Henriette Comarque ; et du nord au chemin public qui tend de Caumont à Cocumont
Et prendra toute ladite pièce ainsi qu’elle est désignée et limitée, « aye qu’il aye », sans aucune exception ni réserve

4. Plus est échue à ladite Demoiselle Henriette Comarque et qui est aussi de la dépendance de la présente métairie de Haut, toute la pièce de terre labourable, pré et pastengs, qui est sise et située audit Samazan au lieu appelé à la Barthe et au Grand Prat
Et toutes icelles pièces, en tout quoi qu’elles puissent consister et de quelle forme qu’elles puissent être, sans aucune exception ni réserve,
Qui confronte le tout du levant à terre labourable du sieur Mérac et à autre terre que ledit Mérac a donné à Marot son gendre et à pré de Jean Baqué ; du midi à Monsieur de Rogier ; du couchant à Monsiur de Laban ; et du nord, aussi audit Sieur de Rogier

5. Plus lui est échue une pièce de terre sable, semée du présent en seigle, appelée à la Meyrousse, que le métayer de la présente métairie de Cantet a accoutumé de jouir et toute icelle pièce en quoi qu’elle puisse consister,
Pièce qui confronte du levant au grand chemin tendant de Casteljaloux à Marmande ; du midi , couchant et nord au ruisseau de Cessac et de quelle contenance qu’elle puisse être

6. Plus lui est échue une pièce de terre partie en et vigne et le reste en friche, appelée à Espaignet et le tout en quoi qu’elle puisse consister
Pièce qui confronte du levant à Lafaye ; du midi au sieur Marrens ; du couchant à Dubourg et du nord à un chemin public

7. Plus lui est échue une pièce de terre en friche appelée à la Vigne de Peyre qui était ci-devant en vigne et toute icelle pièce « aye qu’il aye » sans aucune exception

8. Finalement lui est échue, à la Demoiselle Henriette Comarque, une pièce de terre en taillis appelée à Pingareau et toute icelle en quoi qu’elle puisse consister, à la réserve de la coupe du taillis que les compartageurs* ont vendu en commun avec d’autre taillis et s’en doivent partager le prix de la vente


Et à ladite Demoiselle Marie Comarque, épouse dudit sieur Jean Jacques Rayne, à qui le second lot est resté après que ladite Demoiselle Henriette Comarque a eu opté pour le premier lot ; lui est échu pour ledit second lot

1. Toute icelle métairie appelée de Grimaut , consistant en une maison où le métayer réside et une grange séparée de ladite maison, ayriaux, landes, terres labourables, prés, padencs, le tout attenant, appelé la terre de Grimaut et avec 9 journaux et prendra tout ce qui dépend de ladite métairie tant en terre labourables que en prés et padencs, sans aucune exception ni réserve
Lesquelles terres labourables sont séparées de celles de la métairie de Haut, qui ont échu à ladite Demoiselle Henriette Comarque, par un fossé qui restera mitoyen entre les compartageurs, qui confronte toute la pièce que le présent lot prend et qui est toute contiguë du levant à un chemin public, à prés de Sieur Jacques Viremontes et à padencs de monsieur Despine et de la métairie de Courallet ; du midi à possession des hoirs Arnaud Bartalot, à pré de Monsieur Rogier, à Jean Artiguenave , au Sieur Salles de Marmande et au Sieur Farbos ; chemin de service entre deux ; confronte du couchant audit Farbos et du nord en partie au ruisseau de Cessac et à la pièce de terre labourable qui est échue à ladite Demoiselle Henriette Comarque appelée de Saubouas, séparée par un fossé qui restera mitoyen entre lesdites pièces et à pré dudit Pierre Farbos et au pré de Jacques Viremontes
Et prendra toute ladite pièce ainsi qu’elle est confrontée et limitée, sans aucune exception ni réserve, et de quelle contenance que le tout puisse être et de la même manière que le métayer qui est présent dans ladite métairie
Comme aussi prendra tout le bétail de quelle espèce et nature qu’il soit, qui est dans ladite métairie avec les charrettes, araires et généralement tout ce qui dépend de l’outillage de ladite métairie avec les semences qui sont de la part du maître et la rese que ledit métayer fait pour ladite métairie, avec toute la récolte pendante de la part du maître qui est dans toute ladite métairie, sans aucune exception

2. Plus lui est échue une pièce de terre et pré appelée à Bayet et le tout en quoi qu’il puisse consister, à la réserve de celui que le premier lot échu à ladite Demoiselle Henriette Comarque, y prend sur le bout du couchant , qui est celui duquel le maître avait accoutumé de prendre le foin
et qui confronte du levant à un chemin public ; du midi à pré de Jacques Viremontés ; du couchant au pré que ladite Demoiselle Henriette Comarque prend dans ladite pièce séparée de la présente par un vestige de fossé, et à pré des hoirs Izaac Bordes ; et du nord aux hoirs Pierre Bordes
Contenant, ce que le présent lot prend dans ladite pièce, trois journaux 18 lattes 5 escats

3. Plus lui est échue une pièce de pré appelée à Lanauset et prendra toute ladite pièce par entier, sans aucune réserve et aussy

4. Plus lui est échue une pièce de terre labourable et pâture, appelée à Pedeguelches et prendra toute ladite pièce sans aucune exception ni réserve

5. Plus lui est échue une pièce de terre sable appelée au Sable, qui confronte du levant à Farbos ; du midi à nommé Barraut ; du couchant au grand chemin qui tend dudit lieu à Casteljaloux ; et du nord au ruisseau de Cessac de la contenance de 7 journaux

6. et « aye qu’il aye », finalement prendra et lui est échue toute icelle pièce de terre appelée au Fillastre dans laquelle il y a une petite maison
Consistant la dite pièce de terre labourable, joualles* tant pleines, tant vides et vigne complète, taillis, pastencs et tuja* ; le tout à un tenant de la contenance de 58 journaux 6 lattes
10 escats suivant le cadastre et « aye qu’il aye » dans ladite pièce sans aucune réservation que de la coupe du bois taillis dépendant de la susdite pièce et que les compartageurs ont vendu en commun la présente année au sieur Cridelauze ; le prix de laquelle sera partagé par égales parts et portions

Seront tenus lesdits compartageurs, de payer chacun les concernant, les charges des biens qui leur sont échus par le présent partage et de se garantir respectivement lesdits biens Comme aussi seront tenus de payer chacun la moitiés de toutes les affaires qui pourraient concerner l’hérédité, de quelque nature et espèce q’elles pourront être et, de même, s’il est du quelque chose à ladite hérédité, elle sera partagée entre eux également
Au surplus, il a été déclaré par lesdites parties qu’elles ont ci-devant partagé les meubles et effets et ustensiles qui se trouvèrent dans la maison
Duquel partage elles ont déclaré être contentes et se tiennent quitte
Consentant réciproquement les dites parties qu’à commencer de ce jour d’hui, chacune d’elles jouisse et prenne possession des biens qui leurs sont échus, conformèment au présent contrat …..
Les biens contenus dans le présent contrat sont évalués à la somme de 9 000 livres
En présence de Mr Jean Despine, avocat en la Cour et Maire de la ville du Mas et y habitant
et Bernard Fulchic clerc, habitant de la juridiction de Marcellus, témoins requis
Lesdits Sieurs Rayne et Pardiac et Demoiselles Comarque, habitantes audit lieu de Cantet Juridiction de Samazan ; laquelle hérédité leur est obtenue par le décès de feu Noble François de Comarque leur frère, grevé de substitution en leur faveur par le testament de feu Noble François de Comarque leur père
et lesdits sieurs témoins ont signé et moi


Lexique

Aye qu'il Aye : expression que l'on retrouve souvent dans ce document. Dans le sens de " que cela convienne ou ne convienne pas "

Ayrial ou airial (pluriel Ayriaux ou airiaux) : pelouse ombragée de chênes qui entoure les bâtiments d'habitation ou d'exploitation

Compartageurs = copartageants

Cuveret vinaire : petit cuveau placé sous le pressoir pour recueillir le vin qui coule

Joualle : les rangs de vignes sont alterné avec des places vides cultivées en céréales ou légumes

Mesture : mélagne de céréales semées et récoltées ensemble ; a base de froment le plus souvent

Rese ou resillon : en Gascogne, farine grossière mêlée de son

Pasteng - pastenc ou padouen : pâturage médiocre, tesrre basse le plus souvent marécageuse

Tuja ou tuje = ajoncs ou lande de bruyère, ajoncs et fougères

Sommaire