Testament de Peyronne Boucherie, mendiante à Marcellus (Lot et Garonne)

Aujourd'huy avant midy, quinzième jour du mois de janvier 1711, à Marcellus en Bazadois, Duché d'Albret, dans la maison de Jean Sibié au Village de Lafitte, par devant moi Notaire Royal (Maître Fulchic)….
Présans les témoins bas nommés, a été personnellement constituée Peyronne Boucherie, fille de feu Jean Boucherie, native de la paroisse de Pichona en Limouzin, habitante de la juridiction de Marcellus et étant venue en ce pays en compagnie de son dict père, en mendiant son pain depuis son enfance et étant toujours restée en ce pays du depuis laquelle étant dans son lit à cause de certaine maladie toutefois étant en son bon sens, mémoire et entendement
Considérant qu'il n'y a rien en ce monde de si certain que la mort ny de plus incertain que l'heure d'icelle
A cette cause désirant n'être surprise par la mort ab intestat, a voulu faire et ordonner son présent testament en la manière que s'ensuit

Premièrement, a fait le signe de la sainte Croix, recommandé ses corps et âme à Dieu tout puissant, le suppliant de lui faire miséricorde par les Mystères infinis de Notre sauveur et rédempteur, Jésus Christ
Et que quand son âme sera séparée de son corps qu'il lui plaise de la recevoir en son saint paradis
Item dit la dite testaresse que lorsque sa dite âme sera séparée de son dit corps, veut qu'iceluy soit enseveli dans le cimetière de l'église St Pierre du présent lieu dans l'endroit où Monsieur le Curé trouvera à propos et que les honneurs funéraires à la volonté de son héritière cy après nommée

Item dit ladite qu'elle donne la somme de quatre livres à Monsieur le Curé du présent lieu tant pour l'ensevelissement de son corps que pour dire des messes pour le repos de son âme, tel nombre jusqu'à la concurrence des quatre livres, les droits de la sépulture pour Monsieur le Curé, préalablement pris dans les quatre livres

Item dit la susdite testaresse qu'il lui est dû par Gabriel Piraube, jurat de la présente juridiction et habitant de la paroisse de Tersac, juridiction de Meilhan, la somme de 24 livres et une pougnère et demie de mesture
Laquelle somme ledit Piraube doit de salaire qu'elle a gagné chez lui comme servante et le dit bled pour la glane et lui avoir laissé en main
Comme aussi lui est dû par Antoine Dupeyrot dit Couché, habitant de la présente juridiction, une pougnère et demie de mesture aussi, grande mesure, qu'elle lui a prêtédepuis plusieurs années
Comme aussi a déclaré ladite testaresse qu'elle ne doit rien à personne que ce qu'elle pourra devoir au chirurgien qui la suit dans la présente maladie et qu'elle entend qu'il soit payé par son héritière bas nommée
Et d'autant que ladite testaresse a reçu et reçoit journellement de bons et agréables services durant sa maladie et espère recevoir pendant le reste de sa maladie de Jeanne Labrouche, sa maîtresse, femme de Jean Sibié
Et que d'ailleurs tout bon ordre de testament est d'instituer héritier ou héritière ; à cette cause ladite testaresse nommé de sa propre bouche pour son héritière générale et universelle en tous legs, biens meubles et immeubles présents et à venir et qui se trouvent lui appartenir…. Ladite Jeanne Labrouche, femme à Jean Sibié est priée d'être exécutrice du présent testament, cassant et annulant ladite testaresse tous autres testaments, codicilles ou avenants qu'elle pourrait avoir fait auparavant….

Sommaire