Histoire de la ville et du château de Caumont

Caumont de Calvus Mons = Chaud Mont....montagne ardente

A 5 km du Mas d'Agenais et à 8 km de Marmande, la ville était édifiée sur un tertre baigné par la Garonne.

Au sommet, s'élevait une forteresse qui, durant le Moyen Âge, jusqu'en 1623 (date de sa destruction complète) commandait le cours du fleuve.

L'ancienne ville occupait le reste du plateau

Vers 1442, Charles VII ordonne la destruction des remparts de Caumont, pour punir Nompar II, qu'on appelait "le baron anglais". Remparts reconstruits vers 1463, sur ordre de Louis XI, qui avait constaté le repentir de Brandélis et l'avait rétabli dans ses droits....

Brandélis de Caumont, dans la seconde moitié du XVème siècle, la décrit ainsi :" une ville entourée de fossés et de murailles flanquées de tours et munies de bastions... elle s'ouvrait pas trois portes sur la campagne. Portes défendues par des demi-lunes et autres ouvrages avancés. La porte sud-est s'ouvrait vers le Mas d'Agenais, la porte nord-ouest vers Marmande et la porte du midi sur le vallon. A mi-pente du tertre un double boulevard formait une 3ème enceinte"

Au sud, le tertre formait l'un des talus du vallon ou s'abrite le village actuel, large tranchée entre le Castrum et la haute plaine voisine..le marais Pinguet pour les anciens.

La pente nord, retaillée par le Génie Civil en 1854 pour le percement du canal latéral à la Garonne était alors moins escarpée que de nos jours.

La ville de Caumont occupait une position forte, à forte valeur stratégique, dominant la vallée de la Garonne, sur la route du Béarn.

Vers 1590, Geoffroy de Vivant redoubla la ville de bastions avec murs de briques, lui donnant l'aspect que l'on trouve sur cette estampe.

Plus rien ne subsiste sur les lieux de l'ancienne ville et de son château.... si ce n'est une ferme reconstruite sur les lieux même du château... et les ruines d'un escalier menant à la fontaine de la grosse tour

Les matériaux de la vieille ville ont servi, pour certains, à la reconstruction du village actuel... qui, d'après les dates portées sur certaines maisons, aurait été achevé entre 1630 et 1680

.

Entre le Mas d'Agenais et Caumont, dans la section de Rébenac, se trouve le cimetière gallo-romain de St Martin

Les antiquités que l'on y trouve font remonter cette nécropole au 1er siècle de l'ère chrétienne.

Suite aux différents travaux de transfert de terre qui ont été effectués, Mr. Nicolaï en déduit tout d'abord que le plateau n'a été qu'une nécropole ! affirmation contestée depuis.... et situe les localités gallo-romaines de Pompejacum et Vernemetis, respectivement à Caumont et au Mas d'Agenais

Vernemetis ( ver = grand et nemet = temple) était un temple dédié au Soleil , situé" in agro velano" sur un point culminant dominant un cours d'eau... et Pompejacum (domaine de Pompée) était un "castrum"

Rappelons que Caumont, du latin Caltus mons, signifie "montagne ardente". Pour l'abbé Alis, aucun doute Vernemetis était situé à Caumont et Pompejacum au Mas d'Agenais...

<<< sommaire