Mesures de superficies

… à différencier des mesures agraires

Toise carrée = 3 m.7987
Pied carré = 0 m.1055
Pouce carré = 0 m.000733
Ligne carrée = 0 m.000005

Mesures agraires

A l 'origine on mesurait la contenance d'un champ d'après la quantité de grain qu'il fallait pour l'ensemencer ou d'après la quantité de récolte. De là proviennent la concade (de conque *) la quarterée (de cartière*) la séterée (de setier*) ou la poignerée (de poignère*)
*(ces termes sont détaillés dans la rubrique "mesures de capacités")

Le second système prenait comme base d'évaluation la durée du travail pour la récolte ou la culture.
L'unité était le journal, travail fait en une journée … journal variable selon la région , la nature de la terre mais aussi la façon de la travailler ! un journal de laboureur (journal de boeufs) n'a pas la même valeur qu'un journal d'homme (travaillé à la bêche) …. un journal de vigne n'est pas le même qu'un journal destiné à recevoir du blé ... il y a aussi le journal de faucheur . A chaque travail, chacque terroir, son journal, ce qui ne facilite pas la tâche pour convertir une surface en mesures modernes !

A toutes ces mesures variables selon la force et l'habileté de l'individu, selon la dureté du sol, la résistance de l'attelage, on substitua progressivement ( XIV ou XVème siècle) un régime plus rationnel ayant une longueur et une largeur déterminée. Les termes anciens subsistèrent mais on pouvait enfin y associer "une surface" identique, ou presque !

Le journal, quantité de terre qu'une charrue pouvait labourer en une journée, devint l'unité de mesure agraire. Il était divisé en latte et escats, le plus souvent.... Toutefois il restait variable selon les seigneuries

L'escat et la latte étaient à l'origine des mesures de longueurs et devinrent rapidement des mesures de surface, sous divisions du journal

Quelques exemples :

Dans les Landes, on parlait aussi de Journades....
Quelques exemples :


L'arpent variait de trente à cinquante et un ares.

suite >>>

Accueil