Contrat portant Eschantillon et Estimation des Bestiaux ,Basteaux et autres effets dépendant du Moulin Nau
Fait à la réquisition de Monsieur de Martin Seigneur et Baron de Marcellus et autres places

18 septembre 1714 – Fulchic, notaire

Aujourd’huy avant midi, dix huitième du mois de septembre 1714, au Moulin Nau dans la paroisse de Gaujac, juridiction de Marcellus en la Sénéchaussée d’Albret, pardevant moy, Notaire Royal, soussigné, présents les témoins bas nommés
A esté présent Messire Denis Hyacinthe de Martin Chevalier baron de Marcellus et de Marensin Seigneur de Tartifume Terefort et de la maison noble de Martin à Meilhan, habitant de la ville de Bordeaux, rue du Mirailh Paroisse Saint Eloy
Estant présent en son dict chasteau de Marcellus ; s’estant transporté dans son moulin appelé le Moulin Nau situé dans ladicte paroisse de Gaujac
Lequel dict seigneur désirant de faire procéder tant à l’estat et eschantillonnement de sondict moulin que des attirails d’iceluy que Léonard Favereau, Musmier (meunier), tient en afferme avec Jean Lacoste, dudit Seigneur de Martin depuis le 4 février 1706 jusques à ce jour d’huy



Le Moulin de Neau est situé sur la Garonne, au lieudit Cantecor à Gaujac... ce qui explique la description de la gabarre

La suite du texte a été transcrite en français moderne

Ensemble (avons procédé) à l’estimation tant des chevaux, mules, bourriques , bateaux, équipages divers qui sont audit Moulin pour savoir si ce que ledit Fabereau laisse tant en meules moulantes et attirails d’icelles, bestiaux et autres effets, sont de moins ou de plus de valeur que lorsque ledit Fabereau les prit, suivant l’échantillon qui fut fait lorsqu’il prit ledit ferme
Ensemble (avons procédé) à l’estimation du foin qu’il laisse de même qu’à l’estimation tant de la valeur que du nombre des cochons, volailles, oisons et canards qu’il devait donner annuellement et qu’il laisse pour savoir s’ils sont en état de payer ce qu’il pourrait devoir d’arrérages des années passées suivant ledit prix de ferme le tout comme s’ensuit

En premier lieu avons fait visiter le bateau appelé gabarre par Dupuy, batelier et Jean Rouderie et les valets que ledit Léonard Favereau avait, entre autre le nommé Jean Bonnis, batelier, avec son mat et gouvernail, plancher et avec sa tille
Ladite gabarre presque neuve, avec aussi une tire d’environ 25 cannes de long en embase et une guide ; lesdites cordes fort usées et aussi sa toile usée d’environ 25 aunes de toiles, deux avirons et une hourgade
Ledit mat et gouvernail aussi fort usés et outre cela est compris dans ladite estimation un autre gouvernail et autre mat qui n’ont pas été encore employés ; qui le tout a été estimé 153 livres
Et, outre ce, a été estimé un gabarrot fort usé qui aurait besoin d’être raccommodé avec deux méchants avirons qui ont aussi été estimés à 12 livres plus autre méchant gabarrot qui est enfoncé dans l’eau et qu’on a estimé 3 livres
De plus a été estimé 3 chevaux, à savoir : un noir de l’âge d’environ 8 ans et autre cheval, aussi presque noir, de l’âge de 12 ans ou environ, estimés les deux, 90 livres
Et autre cheval poil rouge fort vieux estimé 30 livres
Trois mulets : l’un poil rouge estimé 100 livres; l’autre poil noir estimé 75 livres ; et l’autre poil blanc estimé 60 livres
Deux bourriques : l’une estimée 12 livres et l’autre 8 livres
Comme aussi a été estimé le foin et regain qu’il a acheté au sieur Fautoux avec le pacage jusques à la fin de février prochain pour le prix et somme de 100 livres ; et l’on estime les frais de l’avoir fait faucher , en frais et services 20 livres

Et avons procédé à l’échantillonnement des meules
L'on a trouvé que la meule appelée de la Grande Porte a d’épaisseur 12 pouces , et est cerclée de 2 cercles de fer ; et le soutien d’icelle, de l’épaisseur de 11 pouces cerclée aussi de 2 cercles de fer
Garnie d’un adille , paire de fer, arbre, rouet cerclé de 2 cercles et d’une bandelette, moulange , trémange , esclop, fourchette, madrier et soutien; et met le tout en assez bon état
La meule appelée du Pied du Lit
La courante a 10 pouces d’épaisseur et est cerclée de 2 cercles et le soutien a d’épaisseur 7 pouces et demie et un cercle
Le reste comme moulange, trémange, fourchette, sabot , madrier, adille, arbre, pièce de fer assez en bon état et le rouet à demi bon

Et la meule appelée La Jardinière
La courante n’a que 9 pouces d’épaisseur et est cerclée de 2 cercles et le soutien de 10 pouces d’épaisseur, cerclé de deux cercles. Tout le reste de tout le moulange, adille, pierre, arbre et rouet en bon état

Et la meule appelée La Petite Porte a 11 pouces d’épaisseur, garnie de 2 cercles et le soutien a 8 pouces d’épaisseur et un cercle
Le reste de tout l’équipage (équipement) et garniture de la dite meule généralement en assez bon état. Le rouet étant aussi presque neuf et ferré de 2 cercles

Et la meule appelée la Balute
La courante a d’épaisseur 12 pouces et deux cercles et le soutien 9 pouces et un cercle. Tout le reste tant rouet, arbre, pièce, tire, adille, soutien, moulange, fourchette, esclop, trémange en assez bon état
Le rouet garni de 2 cercles de fer et de deux bandes

Et finalement la meule appelée la Combarelle a 10 pouces d’épaisseur et 2 cercles de fer et le soutien neuf pouces et demie et 1 cercle
Le rouet étant hors d’état de pouvoir servir ; tout le reste de l’équipage, ce en quoi qu’il puisse consister est en assez bon état

Revenant l’épaisseur desdites 12 meules à 119 pouces

Outre ce, il y a 4 pièces en assez bon état , à savoir : une barre de fer de fort belle grandeur, 2 sarres une grande et l’autre de moyenne grandeur, et une hache aussi assez raisonnablement grande ; et une serpe appelée masquette le tout pour la nécessité et besoin pour l’entretien desdits moulanges et meules

Revenant l’estimation des chevaux, mulets, bourriques, bateaux et équipages divers avec ledit foin à la somme de y compris les enferges pour les chevaux de 752 livres

Ensemble a été pris en compte tant de la volaille, oisons, canards et cochons que ledit Favereau doit donner tous les ans et le surplus s’il y en a pour cette année sur les arrérages des autres années
Savoir 12 oisons; une jeune truie qui n’a pas encore mis à bas estimée 21 livres et une autre truie fort grande et vieille avec 3 cochons estimés, savoir la truie 10 écus et les 3 petits cochons 20 livres pièce
Comme aussi les lui tiendra en compte audit Favereau sur les arrérages qu’il doit, tant de la volaille, oisons que cochons des années précédentes, la somme de 29 livres 3 sols
provenant de la somme de 13 livres 10 sols qu’il avait payé à Barthélémy Coutoula, charpentier, suivant le billet du Sieur Descamps, agent de Monsieur de Martin lequel billet n’avait pas été compté dans le compte précédent au 16ème du présent mois
Ensemble 15 livres et 3 sols qu il a fournies pour le payement de 3 chevrons, pour des clous ,pour des lattefeuilles et pour certain fer qui fut laissé par la veuve de Dumas le 29 juillet 1713
Le tout revenant a la somme de 29 livres et 3 sols comme n’ayant pas été compté dans le compte précédant faute par ledit Favereau d’avoir produit les billets desdites fournitures et payements

Tout comme aussi, à la réquisition dudit Seigneur de Martin, avons procédé à l’estimation de certains méchants meubles et effets que ledit Favereau a laissé dans ledit moulin ayant emporté les meilleurs effets ;
Le prix et valeur desquels meubles ledit seigneur de Martin lui ôta, comme aussi lui doit être tenu en compte sur ce qu’il doit 5 pougnères de blé mesture qu’il fit porter le jour dit au château Et tiendra en compte sur les arrérages que ledit Favereau lui doit, du prix dudit froment dudit moulin
Comme est réglé par le compte dudit jour, 16ème du présent mois, qui consiste premièrement,
dans la chambre haute où est la cheminée s'y est trouvé en sus ,consistant en un escalier de bois noyer demi neuf, foncé haut et bas, dans lequel s’y est trouvé
une aprigue et un coussin raisonnablement remplis de plume, le tout usé ; deux linceuls de quatre aunes, assez usés, un de toile de brin et l’autre d’étoupe ; une couverte bleue usée
et deux courtines , une de brin et l’autre d’étoupe ; et le linceul aussi d’étoupe ; et tour de lit, le tout fort usé
Un cabinet de bois de noyer à quatre portes, sans clef ni serrure, avec deux tiroirs qui ferment à clef dans lequel ne s’y est rien trouvé qu’une serviette demie neuve et quelques méchantes guenilles qui ne sont de nulle valeur ni considération
Une chaise servant à tenir du sol, de bois de noyer, usée et une table à prendre les repas formée de bois de brûle et un banc, le tout fort grossièrement fait et fort usé
Un pot de fer à cuisiner avec sa couverture, tenant environ un pot et demi ; Plus douze petits plats d’étain commun et une petite écuelle servant à boire, fort mâchée et rompue
Une échelle se fermant ; Une serpentine de barriques usée; une paire de petits chenets de fer usés
et dans le grenier s’y est trouvé un chaudron de cuivre rouge tenant environ une cruche et demie usé ; une maie de table avec les torchons servant à pétrir le pain avec sa couverture; et un grand saunier aussi commun qui appartient audit seigneur du Martin ; comme l’ayant laissé dans ledit moulin depuis longtemps le tout usé,
un châlit usé, foncé, bas ; la fonsaille de haut étant entièrement rompue ; ledit châlit en bois de noyer
une apprigue et un coussin rose raisonnablement remplis de plume; une couverte blanche usée ; deux linceuls, un de brin, l’autre d’étoupe de quatre aunes de toile chacun, usés;
deux autres linceuls usés et rompus, à l’entour du lit, d’atramat d’environ 4 aunes chacun,
et autre châlit de bois de noyer foncé,bas, fort usé et rompu dans lequel il s’y est trouvé une méchante aprigue à demi pleine de plume
Deux coffres d’une contenance d’environ l’un, deux sacs et l’autre un sac, en bois de noyer fort usés, avec leurs serrures, ouverts, n’y ayant plus dedans que quelques guenilles restant sans aucune conséquence
Plus 3 fûts de barriques vides et une ou il y a quelque pièce de vinaigre demi saumuré ; une autre barrique pleine de vin ; deux grands cribles dont l’un est usé et l’autre fort bon ;
un bât pour le cheval avec une paire de bajaules ; plus environ un sac de mesture ; plus dans ledit grenier était le foin acheté audit Fautoux ci- devant exprimé ; plus un grand crible et une petite scie pour couper le bois; plus un autre méchante scie pour scier des piquets
et quelque méchante table à manger pour les valets où il y a une aprigue et un coussin, le tout fort usé, raisonnablement rempli de plume ; plus une courtepointe de laine usée et un linceul d’étoupe usé,de 4 aunes de toile ; finalement s’y est trouvé un petit lit consistant en un châlit sur des piquets, une méchante aprigue et coussin à demi pleins de plume, le tout fort usé avec une méchante couverte blanche
Ne s’y étant rien trouvé autre chose, tous lesquels meubles et effets sont restés dans ledit moulin dans le même endroit et situation qu’il était

De tout quoi ledit seigneur de Martin m’a requis acte tant dudit échantillon, estimation et appréciation des bestiaux, foins, et bateaux, que état des oisons et cochons, que inventaire des meubles et effets trouvés dans ledit moulin
que lui ai concédé suivant le dire de moi, Officier, en présence de Maistre Jean Dufour, praticien et huissier habitant de la juridiction de Monpouillan et de Raymond Fulchic, clerc habitant de la juridiction de Marcellus,
témoins requis qui ont signé avec Mondit Seigneur de Martin
non les dits Dupuy ni Rouderie, ni ledit Jean Bonnis, qui ont estimé tant lesdits bateaux que bestiaux pour ne savoir, de ce requis par moi


Lexique
( Sources : Dictionnaire du monde rural de Marcel LACHIVER- Dictionnaire Encyclopédique de Diderot (Gallica et Google Livres)-
ARTFL project
(Dictionnaires d'autrefois numérisés ) - Dictionnaire gascon-français des Landes de l'abbé Vincent Foix


Adille : petite pièce, généralement en fer, appelée aussi "fer de moulin". Cette pièce métallique, généralement en forme de X, est incrustée ou scellée dans la meule courante et sa fonction principale est de transmettre le mouvement à la meule tournante
Aprigue : couverture, couette (mot gascon)
Atramat : en patois gascon, atramat signifie "tramé" pour un drap, par opposition à la chaine.. certainement une toile où la trame est plus apparente que la chaîne
Bajaules : corbeilles profondes pour le transports des légumes et autres peites marchandises
Courtine : rideaux de lit
Enferge : entraves que l'on met aux pieds des chevaux en pâturage
Fonsaille pour fonçaille ; planche portant la paillase d'un lit
Gabarrot : petite gabarre non pontée, munie d'un mât placé au mileiu de l'embarcation et muni d'une voile
Hourcade : dérivé de Fourcade, forcade, forcat; en gascogne, fourche à deux brins
Lattefeuille: nom local donné aux solives
Mesture : méture, méteil: mélange de céréales semées et récoltées ensemble; généralement à base de froment
Meule : appelées MULLES dans le texte initial
Moulange : sans doute mis dans le sens de moulage, mécanisme qui, dans un moulin fait tourner les meules
Pougnère : ancienne mesure locale
Rouet de Moulin : petite roue attachée sur l'arbre d'un moulin, qui est de 8 à 9 pieds de diamètre, et a, environ 48 chevilles ou dents de 15 pouces de long, qui entrent dans les fuseaux de la lanterne du moulin, pour faire tourner les meules
Rouet se dit généralement de toutes les roues dentées, dont les dents ou alluchons sont posés à plomb
Sarre : coin effilé qu'on enfonce derrière le passe-partout (grande scie) pour éviter que l'arbre ne serre. Synonyme de Coin à Bois
Saunier ou Saunière : dans le texte, chaunière; coffre de bois pour conserver le sel
Serpentine : dans le texte Cherpentine; tuyau souple reliant la barrique à l'alambic
Tille : portion de tillac formant une sorte de cabanne à l'avant ou à l'arrière d'un petit bâtiment non ponté
Trémange : dérivé de Trémie . Sorte de grande auge carrée, fort large par le haut et fort étroite par le bas, dans laquelle on met le blé, qui tombe de là, entre les meules pour être réduit en farine

haut

 

 

Accueil