Monheurt (Lot et Garonne) le trente avril 1769....

en présence des témoins soussignés.... Pierre OLIVIE, maître tailleur d'habits, habitant de la présente paroisse de Monheurt, diocése de Condom, âgé d'environ soixante quinze ans,

ayant reconnu que hors de la vraie église il n'y a point de salut, de par sa bonne volonté et sous aucune contrainte, a fait profession de la foi catholique, apostolique et romaine et fait abjuration de l'hérésie de Calvin entre mes mains ;

de laquelle je lui ai donné publiquement l'absolution, investi du pouvoir que Monsieur Deguilhe, grand vicaire de Monseigneur l'Evêque dudit Condom m'a donné pour cet effet ;

en foi et témoignage de quoi, Je, prorecteur dudit Monheurt ai signé le présent acte avec ledit Olivié qui a été absous de l'hérésie et avec Jean Marcheteau, sonneur de cloches, Jean Duluc, maître forgeron, Bernard Dupon, maître boucher et Jean labat, maître tailleur d'habits, tous de la présente paroisse et qui tous ont signé avec moi, non ledit Labat, pour ne savoir, de ce interpellé par moi....

 

St Pierre de Noailhac (Penne d'Agenais) entre 1732 et 1752

Le 21 du mois de mai 1732, le soussigné Paul Delard de la paroisse de Saint Sylvestre, étant dans son lit, attaqué de maladie chez monsieur de Mathieu, son beau-frère, lui demanda Monsieur le Curé de Noaillac pour abjurer son hérésie voulant mourir dans la bonne foi catholique, apostolique et romaine … condamnant très sincèrement toutes les hérésies et opinions erronées que la même église a condamnées et rejetées ; ainsi bien dit à mon aide, les saints évangiles sur lesquels il jure de vivre et de mourir dans la profession de cette même foi et ce, entre les mains de Monsieur Colombié, curé de la présente paroisse

7 février 1734.. jour de dimanche, Sieur Pierre Prugnières habitant de ladite paroisse, promets et jure, entre mes mains sur les saintes évangiles en présence de Monsieur le Curé et de tous les paroissiens assemblés dans la dite église pour assister à la sainte Messe de professer invariablement jusqu’ au dernier jour de sa vuie la foi catholique, apostolique et romaine sans laquelle il n’y a point de salut et dont présentement il fait profession sans aucune contrainte…..

29 avril 1734.... Jour de dimanche, pendant les messes de paroisse Marie Prugnières , nouvelle convertie a fait abjuration de son hérésie entre mes mains….

7 septembre 1746
Demoiselle Marie Tricou épouse de Sieur Pierre Prugnières est décédée dans la religion protestante

26 août 1749....Une abjuration tardive !

Elisabeth Meric, habitante cy -devant de puis quelque temps d’icelle paroisse, étant dangereusement malade, m’a déclaré que s’étant convertie dans l’environ des Rameaux, elle voulait mourir dans la foi catholique, apostolique et romaine et je lui donnais les sacrements de pénitence et d’extrême-onction le 5 du mois d’août et elle mourut le 26 dudit mois….

Le 7 décembre 1752, mourut au château de Noaillac, le nommé Hugon, protestant, m’ayant déclaré plusieurs fois, dans la maladie, vouloir mourir ainsi

Accueil